AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ~ C'est l'histoire d'un homme vert ~ [Finie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: ~ C'est l'histoire d'un homme vert ~ [Finie]   Mar 6 Jan - 14:58

~ Qui es-tu? ~

Nom: SHUNSAKU

Prénom: Junya

Surnom: Jun

Age: 24 ans

Reincarnation? Oui. Dans une autre vie, il appartenait aux clans des squamates, il était un pauvre petit lézard vert, peu important. La mort de son lié à entraîner la sienne.  

Sexe: Masculin

Rang Demandé: Photographe / Etudiant en médecine ~ Schyzo

Informations de Vie:

Lieu de Vie: Gaïa, dans la Ville du Quartier Blanc
Lieu de Naissance: Nessiah, dans la forêt des âmes perdues
Date de Naissance: 29 Mai
Signe Astrologique: Gémeaux

Pouvoirs: Aucun

Armes: Un poignard, qu'il cache chaque fois a un endroit différent dans ses vêtements

Votre Avatar: Ukyo ~ from Amnésia

Code: OK [Tiamat]

~ Comment la Déesse t-a-elle façonné? ~

Tes cheveux: Mes cheveux sont longs, très très longs, d'une belle couleur verte. Ils sont raides et incroyablement doux. il faut dire que je prends grand soin de ma chevelure de princesse grenouille. Je les laisse souvent lachés mais, leur longueur peut vite devenir encombrante, dont j'en fais des tresses.  
Tes yeux: J'ai des yeux verts émeraudes, qui s'assobrissent assez vite, selon mon...humeur...et laquelle de mes personnalité est au commandes de mon corps.
Ton visage (et les différentes expressions qu'on y trouve): Naturellement, j'ai un visage bienveillant, et un grand sourire sur les lèvres. Je suis heureux de vivre, et parfois même un peu simplet. Je vis ma vie au jour le jour, en m'extasiant sur tout et n'importe quoi. Mais je suis d'un naturel lunatique, et ma bonne humeur se tinte souvent de gros nuage noir...et cela encore plus depuis que je vis sur Gaïa, et qu'IL existe. // La seconde personnalité de Junya, est bien plus sombre. Son sourire est sourire de démon carnassier, qui promet mille et une torture. Son regard est celui d'un fou ou alors totalement dénué de sentiments. Cette personnalité, assez forte pour dominer le bon coté et agir de son propre chef, est le pendant négatif, et est complètement sociopathe.
Ta couleur de peau: J'ai une peau clair, je ne vais pas beaucoup au soleil.
Ta taille: Plutôt grand, je mesure 1m88, et les bottes que je porte ont souvent des petits talons.
Ta corpulence: Fin, peu être même un peu trop maigre. Souvent stressée pour pas grand chose, ou complètement absorbé par mes études ou ma passion pour la photo, il m'arrive d'oublier de manger.
Ton style vestimentaire: Complètement loufoque. Je peux être vêtu simplement comme le commun des mortels, ou dans une tenue assez excentrique, mais généralement, les couleurs que je porte sont le noir, le blanc, le vert.
Un signe particulier? Mis à part "l'autre Junya", et c'est déjà beaucoup, je n'ai rien de différent d'un humain normal.


~ Comment penses-tu? ~

Tes Qualités: Je suis quelqu'un de doux et d'attentionné. Pour une personne que j’apprécie je me couperais en quatre, pour le rendre heureux, et faire ce que je peux pour lui/elle. Et je donnerai ma vie sans la moindre hésitation pour la personne que j'aime. D'un naturel enjoué et enthousiaste, je suis partant pour faire des tas de choses, même si je ne l'avais jamais fait avant. J'essaie de prendre la vie du bon coté, et de ne pas me laisse submergé par mon autre "moi" et mon coté lunatique. Je pense être un bon ami, et un bon grand frère, sans forcement attendre la même chose en retour. Je suis quelqu'un d'honnête, mais j'ai du mal parfois, à dire lorsque quelque chose ne me plait pas...sauf en matière de photographie ou je suis un perfectionniste. // Lui, est quelqu'un de franc, et dur. Il ne mâche pas ses mots, et n'a pas peur des retombées. Mais en étant sociopathe, on soucie peu des autres, et on a guère beaucoup de qualités. Il est minutieux dans ce qu'il fait, et doué dans ses études de médecine. Un peu trop même...
Tes défauts: Perfectionniste lorsqu'il s'agit de photos, je peux être casse-pied. Lorsque je n'arrive pas a voir le bon coté des choses, je sais que je peux être chiants mais cela ne dure jamais longtemps. J'ai aussi souvent peur que mon autre "moi" ne blesse les gens que j'aime, et j'ai honte de pas être plus fort pour pouvoir les protéger de cet autre coté de ma personnalité. // Sadique et violent, il ne joue pas dans la demi-mesure. Il n'hésite pas à distribuer les coups à celui qui lui tient tête, et adore être en position de force et voir les autres à ses pieds. Briser les os et les esprits c'est un truc qu'il adore faire. Son passe étant de maltraiter les personnes que le "bon" coté de sa personnalité apprécie ou aime...car lorsqu'il aura briser l'esprit de son autre "lui" alors, il aura ce corps pour lui seul...
Ta façon d'être: Je suis quelqu'un de naturel, qui vit au jour le jour, et qui ne s’embarrasse guère de savoir ce qui se passera demain...normalement. Je prends ce que la vie me donne, souvent comme un cadeau, et je regrette chaque jour, d'avoir succombé a mon désespoir cette fois là...car ce jour là j'ai crée un monstre, et j'en m'en veux a chaque fois qu'il montre son nez, car je sais qu'il est complètement différent de moi et incapable du moindre sentiment. // Lorsqu'il pointe son nez, c'est la souffrance et la désolation. C'est un sadique digne de ce nom. Dès le réveil jusqu'à ce qu'il ferme les yeux. Doté d'un mental d'acier, son autre "lui" n'a que très peu de contrôle sur sa personne, ce qui en fait quelqu'un d’extrêmement dangereux. Possessif, violent, on ne touche pas ce qui lui appartient, il est le seul a pouvoir briser les os des personnes qu'il juge digne d’intérêt...
Ta façon de penser: J'essaie d'être quelqu'un qui voit la vie du bon coté, en prenant ce qu'on m'offre et en le chérissant de tout mon coeur. Je m'attache vite aux gens. // Le monde, les autres, il n'en a rien a foutre. Son passe temps à lui c'est de détruire tout ce a quoi tient son autre personnalité, et de le mettre devant le fait accomplit, le laissant pleurer, hurler et se noyer dans le désastre.
Tes espoirs et tes craintes: J'espère être un jour assez fort pour pouvoir renvoyer au néant cet autre moi de plus en plus handicapant...et je craints qu'un jour il ne me prenne ce que j'ai de plus cher au monde, a force de le briser morceau par morceau. // Mon corps, c'est sont plus grand désirs...et il ne craint rien, pas même la mort.
Tes objectifs: Reussir à proteger la personne qui m'est liée de mon autre "moi". // Avoir main mise sur notre corps et être le seul propriétaire de se dernier après avoir brisé l'esprit de son coté bon et gentil.


~ Il était une fois...ta Vie ~




C'était dans une toute petite maison, construite en bois par les mains de l'homme de la famille que toute cette histoire a commencée. Les lourds nuages qui avançaient paresseusement dans le ciel, laissait présager un violent orage dans la nuit. Mais pour l'heure, une grande guerre se déroulait dans cette pauvre petite maison. La naissance d'un enfant. Pas le premier, et sans doute pas le dernier de cette famille. La mère était une squamate, le père un rongeur. Une famille modeste, mais heureuse d'exister. Cet enfant serait le troisième de la famille.

Mais sa naissance fut difficile. Le destin avait décidé de s'acharner contre cet enfant à peine né. Très faible à la naissance, ses premières nuits ont été décisive pour lui. Ses parents avaient beaucoup de mal à le nourrir, et le garder en vie fut tout aussi dur. Puis peu à peu, il reprit son droit sur la vie, et en ouvrant ses yeux, d'un vert saisissant, ce fut le soulagement qui gagna la famille. Junya. C'était le nom de cet enfant, désiré, attendu et qui avait fait trembler sa soeur, son frère et ses parents.

Il restait un enfant plus frêle que les autres de son âge. Mais heureux de vivre, curieux de tout et qui riait de tout. Un vrai petit rayon de soleil, dans sa maison comme dans son village. Tout le monde aimait cet enfant, qui respirait la joie de vivre, qui restait poli. Il avait des tas d'amis, et gardait le sourire, même lorsqu'il rentrait chez lui couvert de bleus. Si on le frappait c'est qu'il le méritait, si il tombait c'est que la Déesse n'était pas contente de lui...mais ça finirait par s'arranger, c'est comme ça qu'il voyait les choses.

Lorsqu'il eut 5 ans, sa mère donna naissance à une nouvelle petite fille: Miki. Et Junya adorait sa soeur. Il était tout le temps ensemble, comme les deux aîné étaient inséparables.
Il adorait jouer dehors, et courir dans la forêt, grimpant aux arbres et tombant régulièrement. Il adorait passer de longue heures allonger sur une pierre, sous le soleil. Un vrai lézard...c'est ce qu'il était d'ailleurs. Son vie n'était pas pleine de nuages. Aimé, choyé, heureux...pour un enfant il n'y avait pas meilleur environnement pour grandir. Mais il n'en restait pas moins intelligent, ce n'était pas un gamin naïf qui crois que tout le monde st bon, gentil, serviable et que si il prend les coup c'est que c'est nécessaire. Alors quand Aya, sa grande soeur a disparu un beau jour ce fut un grand choc dans la famille. Le village tout entier l'a recherchée, mais elle est restée introuvable...et aujourd'hui encore on ignore ce qu'il est advenu d'elle.

Il était très proche de ses soeurs. Et après il est devenu encore plus proche de Miki. A tel point qu'en grandissant, certains se posait la question de savoir s'il n'aimait pas un peu trop sa soeur. Mais il répondait que sa soeur resterait seulement sa soeur, mais qu'il avait trop peur de la perdre.




Mais l'insouciance de l'enfance ne dure pas éternellement, un jour il faut quitter le sentier, et commencer à grandir. Le chemin des adultes est parsemé d’embûches et de problèmes, et cela lui faisait quand même peur au petit lézard. Mais, pour protéger sa petite soeur, il a prit son courage a demain, et a commencé a arpenter ce chemin moins coloré que celui de son enfance. Travailler. Etudier. Se faire une place dans le village. Respecter les autres, la hiérarchies, les clans. Et, apprendre a connaître la malédiction. Le lien.

Quinze ans. C'est l'âge qu'il avait lorsqu'il la rencontrée. Sa liée. Mirana. C'était son nom. Une dragonne hautaine et pourrie gâtée. C'est en allant faire des courses pour ses parents à la cité des dragons qu'il l'avait rencontrée. En demandant à ses parents ce que ça signifiait cette douleur dans sa poitrine, on lui avait expliqué que ce monde avait été maudit, et que de cette malédiction découlait un lien indestructible qui le liait à une autre personne. Mais il avait réussi a voir au delà de tout ça. Et à plusieurs reprise il lui a adressé la parole, petit a petit, a force de parole, il a réussi a se rapprocher d'elle. Et étrangement, cela plaisait a Mirana aussi. Cette vie de luxure l'agaçait, tout était toujours pareil. Ce petit lézard insignifiant venait de briser la chaîne monotone que promettait d'être sa vie. Et l'un comme l'autre ne voyait pas arriver l'amitié et le sentiment plus grand qui se cachait derrière.

"Junya...tu es là?"

Cette voix...un sourire se dessinant sur son visage le petit lézard reprit sa forme humain sur le rocher où il prenait le soleil en agita le bras vers elle. Elle le rejoignit en souriant. Les parents du lézard observait cette scène en silence en souriant. Leur fils était un enfant pur, mais il avait réussi a séduire une dragonne, et pour cela, il était fort. On ne pouvait pas l'accuser d'user de ses charmes, parce qu'il ne faisait pas ça, mais il en avait et il savait s'en servir pour atteindre les objectifs qu'il se fixait.

Les années ont passées, et le couple qu'il formait avec Mirana est passé de l'ombre à la lumière, et même dans la famille de Mirana, Junya avait su se faire accepter. Le bonheur de leur fille unique, n'avait pas de barrière, et ce petit lézard la rendait heureuse. Junya travaillait, il n'était pas bête, et il semblait débrouillard.

Après trois années a se faire la cours, a apprendre à se connaître, la jeune femme annonça à Junya la plus belle nouvelle qui soit. Ils étaient jeune, mais un enfant, ils se sentait près à l'assumer. Autant elle que lui. Il était encore très proche de sa petite soeur, et Mirana avait appris a accepter cette complicité entre l'homme de sa vie, son lié, et cette jeune fille qui lui ressemblait tellement. Mirana donna naissance à cet enfant pendant un hiver très rude...et l'enfant tira de son père sa fragilité à la naissance...mais lui, n'eut pas la chance d'en réchapper. Mirana non plus d'ailleurs. Elle tomba malade peut après la naissance de son enfant, et malgré toutes les prière de Junya, la dragonne s'éteignit quelques jours après son enfant, pour les 20 ans de l'homme vert. Il retourna vivre chez lui, le regard éteint. Et peu à peu il commença dépérir. La mort d'un lié entre le second dans la tombe, c'est une vérité...et Junya ne fait pas parti de ceux qui survive à la mort de l'être aimé.

"Je retourne avec eux..." furent ses derniers mots.

Il ferma les yeux, pour ne jamais les rouvrir. Il n'a pas souffert en partant, il était serein. Il a rejoint sa grande soeur, mais aussi la femme qu'il a aimé et son fils.

~~

Combien d'années ont passé sur Nessiah jusqu'à ce jour? Personne ne le sait. Et surtout pas lui. Ce jeune homme aux longs cheveux d'une couleur qui attire tous les regards: en effet, il est rare ici, sur Gaïa, d'avoir des cheveux verts.

Le sourire aux lèvres, l'adolescent de quinze ans, malgré son aspect efféminé et son apparence frêle, est quelqu'un de très jovial. Il croque la vie a pleine dents, à plusieurs amis...il est heureux. Etudiant à DragonWings, de part ses bons résultats, il est fier de lui. Ses parents adoptifs aussi. Car oui, le jeune homme est un orphelin, qui a passé la majeur partie de sa vie dans un orphelinat et qui a été recueillit alors qu'il avait déjà dix ans, parce que l'enfant unique de la famille "voulait un grand frère". Il avait souvent eu l'impression d'être le petit chien que l'on offre à un enfant, plutôt qu'un enfant adopté et choyé, mais il était heureux d'être sorti de là-bas. son admission a DragonWings avait été une vraie surprise pour sa famille et une grande fierté. A présent il était devenu quelqu'un.

Et puis dans cet école, il l'avait rencontré lui. C'était qui Lui? Il s'appelle Terrence. Et, il se sent tout drôle à chaque fois qu'il le voit ou qu'il lui parle. Petit à petit, ils ont apprit a se connaître, et son devenu amis. Junya, espère secrètement qu'ils vont devenir plus que des amis. Mais il n'ose forcer le destin. Et puis, cette école est relativement stricte, donc, il doit faire attention, et rester un bon élève malgré tout. Il n'ose imaginer ce que ferait sa famille si jamais on le renvoyait de l'école.

Parfois il rêve...il rêve d'un monde habiter par des hommes qui peuvent devenir des animaux. Et lui il était un lézard. Il adore ça les lézard...mais sa plus grand passion, c'est les photos. Il adore piquer en douce l'appareil photo de sa mère, et prendre des photos de tout et de rien...et bien souvent tout le monde les trouve sublime. Il sait qu'il veut en faire son métier. Et il travaille dur pour ça. La filière Nessiah ne l’intéresse que parce qu'elle est originale. Mais pour le moment il encore beaucoup a faire avant d’intégrer l'université.

Les années passent, doucement mais surement. Le voilà diplôme du Lycée de DragonWings, et avec des résultats époustouflants. Maintenant il entre à l'université. Et le jour des résultats, il ose enfin avouer à Terrence, ce qu'il éprouve pour lui. Le garçon lui offre un sourire, et lui tend la main. Il accepte ses sentiments. Il n'éprouve pas la même chose, mais veut bien lui donner une chance. Et leur couple marche bien. Junya n'est pas trop envahissant, aussi quand Terrence lui demande de venir vivre avec lui, pour préparer la future collocation au dortoir, il accepte, mais avec quelque réserves, il ne veut pas étouffer ni faire étouffer cette personne a qui il tient tant. Mais fini par accepter.

L'été se passe très bien, aussi bien au sein de leur couple qu'en amitié. Et la rentrée reprend. Terrence aime le théâtre, Junya la photo. Des artistes tout les deux, même si ce n'est pas le même élément. Il est heureux. Le bonheur est une chose fragile, mais il sait préserver le sien. Mais, il sait qu'il ne doit pas tout prendre pour acquis de peur de tout perdre. Heureux, mais pas naïf.

"Tu crois qu'on pourras partir, lorsqu'on aura fini nos études Jun?" lui demande un soir Terrence, en glissant ses doigts dans ses longs cheveux verts.
"Je l'espère. J'aimerais tant voir du pays, et immortaliser les paysages que je verrais..."
"Je voudrais tant me produire sur scène, ailleurs qu'ici..."
"Je sais! Terrence, si on se faisait une promesse?"
"Laquelle?"
"Celle de voir du pays, de réaliser notre rêve, de vivre notre vie sans se soucier de tout le reste!"
"Mais...si on fait ça..on...on ne pourras plus être ensembles...Junya..."
"Je t'aime, tu le sais. Depuis bien plus longtemps que tu ne le crois...mais cet amour ne doit pas être exclusif...je ne veux pas t'enfermer et te couper les ailes...et je sais que tu ne le veux pas non plus...alors...c'est d'accord? "
"Oui. Et Jun, on se reverra, pour échanger toutes ces expériences..."
"Oui, c'est promis!"

Les deux garçons scellèrent cette promesse d'un baiser, et d'une nuit...très peu reposante et très chaleureuse. Mais qu'importe, du moment qu'ils peuvent suivre leurs cours le lendemain...

Première année dans la poche, et seconde dans la boite. Voilà les vingt ans qui pointent le bout de leur nez. Pas encore majeur pour aller noyer son bonheur au fond d'un verre, ni pour arroser une soirée, mais son bonheur lui suffit. La seule ombre au tableau, son petit frère a doptif, qui tombe soudain gravement malade. Il rejoint sa famille quelques temps, pour être auprès de lui.

"Tu sais Jun...j'ai toujours rêver d'avoir un grand frère, et je suis heureux que tu sois le mien."

Cette déclaration résonne comme un au revoir. Et le jeune adulte lance un regard à ses parents, et y trouve la résignation. Il se refuse à y croire. Pas cet enfant. Il est encore si jeune, si plein de vie...

"Je serais toujours là pour toi, Aki, et tu le sais. C'est le rôle d'un grand frère, de protéger son adorable petit frère"

En retournant à l'école, il demande le droit de commencer également une formation en médecine. Vu son niveau, sa demande est vite acceptée. Il veut pouvoir sauver son frère, quoiqu'il lui en coûte. Et petit a petit, il devient un acharné du travail. Terrence le comprend, mais à parfois du mal à accepter le nouveau Junya, si taciturne, lui qu'il aime voir sourire, lui qui était un vrai rayon de soleil.

"Tu sais...je suis jaloux de ton frère parfois..." lui avoue-t-il un jour qu'il mange sur le toit de l'école.
"Pardon?"
"Oui, je suis jaloux. Il est malade, mais tu es bien plus souvent avec lui, même quand tu étudie, qu'avec moi...tu t'éloigne de moi Jun...et c'est maintenant que je m’aperçoit combien je tiens à toi..."
"Tu dis des bêtises, je t'aime Terrence...et je m'inquiète pour mon frère...sans lui, je serais encore à l'orphelinat, et je ne t'aurais sans doute jamais rencontré..."
"Notre promesse...elle tient toujours pas vrai?"
"Evidement!"

Un sourire passe sur le visage de Terrence, et il lève les yeux vers le ciel. Jun ne voit pas la détermination dans le regard de son copain.

Son frère va un peu mieux, et voilà la troisième année en poche et les vingt-et-un ans soufflée sur un magnifique gâteau.

Et après une soirée bien arrosée, pour fêter ses vingt-deux ans, voilà qu'un appel de ses parents fait basculer sa vie du coté moins joyeux. Les larmes se mettent a rouler sur ses joues. Tout le monde le regard, lui et son téléphone à la main. Terrence, a comprit. S'excusant auprès de leurs amis, il prend Junya par le bras, et l’entraîne dehors.

"Il est parti...Terrence...Aki est mort...personne n'a compris pourquoi...il avait seulement quinze ans...c'est pas juste...pas juste..."

Et il pleure toutes les larmes de son corps dans ses bras, jusqu'à ce qu'il soit assez calmé pour que Terrence le ramène dans sa famille.

Après cela, Junya n'est plus vraiment le même. Plus sombre. Moins jovial. plus violent aussi. Et Terrence commence à avoir peur.

"Jun...tu devrais te reposer...ça fait trois jours que tu ne dors pas...toi aussi tu vas tomber malade."
"Ne me dit pas ce que je dois faire!!!"

S'ensuit une violente dispute, et Junya bouscule Terrence et lui tourne le dos. C'est un "Jun..." a peine soufflé qui lui fait tourner la tête. Une terreur profonde se marque sur son visage. Il fait volte face et se met a courir pour faire les quelques pas qui le sépare de Terrence, mais sa main se referme sur le vide. Un sourire heureux et des larmes aux coins des yeux, Terrence, la main tendue vers lui chute dans le vide, et embrasse violemment le sol. Le cri que pousse alors Junya alerte l'ensemble du campus.


Junya sombre peu à peu dans une profonde dépression. Son frère, puis maintenant son copain. A cause de lui. Il n'a pas réussi à sauver son frère...et il a causé la mort de son copain. Tout le monde parle du destin pour le premier et d'un accident pour le second. Mais lui sait très bien que ce n'était pas un accident. Il revoit encore l'expression de Terrence alors qu'il tombe, ce visage qui semble lui demander pardon et en même lui dire qu'il ne lui en vaut pas...

Il se réveille la nuit en hurlant. Ses parents ne savent plus quoi faire. Et après cela, il ne va plus en cours, restant cloitré chez lui. Mangeant à peine. Dormant très peu.

"Je ne te laisserais jamais tomber moi...puisque je suis toi..."
Tu mens...toi aussi tu vas mourir, comme Aki, comme Terrence...tout le monde fini par me quitter..tout le monde..."
"Mais non...moi je suis là pour toi...seulement pour toi...je veux que tes larmes ne soit qu'à moi...que tes cris ne soit que pour moi...aime moi...déteste moi...je suis ce coté de toi le plus sombre que tu cache depuis si longtemps..."
"Arrête...je...je ne veut pas être fou..."
"C'est trop tard Junya...ils sont tous parti parce que tu est un fou..."
"Tais-toi...TAIS-TOIIII"

Ses parents n'ont jamais voulu croire qu'il ne parlait pas seul. Et il été confié à des docteurs. Ce dédoublement de la personnalité semblait être courant dans des cas comme le sien. Mais pour le moment, ils ne pouvaient rien faire. Et essayer d'occulter cette part obscure ne l'avait rendue que plus violente. Junya, a fini par décider d'habiter tout seul, après avoir failli pousser sa mère par la fenêtre de sa chambre. Personne ne l'a retenu.

Il a commencé à régulièrement venir dans un café, c'était son petit havre de paix. Son rituel, pour garder les pieds sur terre. Et il l'a rencontré là. Son prénom était très féminin, mais il lui allait plutôt bien. Ses cheveux blancs, et ses yeux bleus. Magnifique. Et il venait chaque jour, à la même heure, prendre la même chose, et toujours servit par Aiko. Il a fini par sympathiser avec le patron, et ses photos étaient accroché ici et là sur les murs.

Il avait eut son diplôme de photographie, et poursuivait ses études de médecine entamer il y a deux ans, dans l'espoir de sauver son frère. Mais ce n'est pas lui qui continuait la médecine, mais plutôt son coté sombre...dans quel but il n'en savait rien.

"Vous ne voulez pas changer? On a tellement de chose, et vous vous borner a prendre la même chose depuis des mois...ça..ne vous lasse pas?"
Junya lui offrit un sourire magnifique, avant de dire:
"Alors je te prends à toi...en photo..."
Aiko avait rougit, mais, professionnellement, il avait dit "Si c'est votre souhait, monsieur..." ce qui avait fait rire Junya, et tourner les têtes. Cela faisait un moment que 'on se demandait s'il était capable de sourire et de rire. Et puis il se sentait étrangement attiré par ce jeune homme.

C'est par un beau jour de printemps, qu'il lui demande s'il ne voulait pas faire une série de photo pour lui. Aiko accepta, et Junya le paya pour ça. Mais à la fin de cette séance de photo, il ne laissa pas le serveur s'enfuir...il le garda avec lui toute la nuit. Et bien que lui ait oublié cette nuit, car son double avait prit le relais entre temps, Aiko lui s'en souvenait très bien.

Leur relation continua comme ça. Et du jour au lendemain, Junya ne vint plus. Pourquoi, personne ne le savait. Aiko, fini par passer chez lui, pour prendre de ses nouvelles, et le spectacle qu'il découvrit avait des airs de films d'horreurs. Baignant dans propre sang, on aurait dit qu'il avait essayer de tuer quelqu'un...et se quelqu'un, c'était lui...

Il appelé les secours, et Junya est longtemps resté inconscient. L'inconscience était le seul moyen de bloquer les agissements de son autre lui...enfin c'est ce qu'il croyait...

"Il tient assez à toi, pour choisir de mourir plutôt de me présenter à toi...c'est pas mignon et dégoulinant d'amour tout ça...tssk...ça me rend malade..."
Au bord du toit de l’hôpital, il avait attrapé le gamin du café par le cou, et le balançais au dessus du vide. Junya semblait frêle, mais il était loin de l'être. Le gamin lui griffait les bras pour qu'il lâche prise.

"La...Lâchez-moi..."
"Mais avec plaisir..."

Et Junya desserra ses doigts en fermant les yeux.

Lorsqu'il les rouvrit. Il tenait Aiko par la main. SE dernier semblait avoir perdu connaissance. Il se mit a crier, en pleurant. Sentant sa prise sur la main du serveur devenir de plus en plus faible. Les infirmières et aide-soignants arrivent pour lui prêter main forte et remonter le serveur. Junya le lâche, et recula, sentant les larmes rouler sur ses joues. Et il retourna dans sa chambre...en proie a une panique grandissante.

"Pourquoi...il ne t'a ren fait..."
"Si...tu l'aimes plus que moi...Ce pauvre gosse insignifiant.."
"Non..."
"Menteur. Enfin si tu ne l'aimes pas, tu ne vois pas d'inconvenients a ce que je le tue...n'est-ce pas?"
"NON! Laisse le tranquille..."
"Aors dis le...que tu es retombé amoureux..malgré l'accident de la dernière fois..."
"C'était ta faute..."
"Oui...parce que je vais briser ton bonheur en tout petits morceaux...jusqu'à ce que tu sois trop fatiguer pour te battre...et ce corps sera à moi..."
"On pourrait se le partager..."
"Non. Je le veux pour moi seul...parce que t'aime plus que n'importe qui...Si tu disparais...tu ne sera qu'à moi"
"Tu ne m'aime pas...tu me hais..."
"Peut-être...mais tu es celui qui m'a créer, tu ne peux en vouloir qu'à toi même..."

Cette vérité lui glaça le sang. C'est vrai. Déjà à l'orphelinat, il avait tellement de rester seul, qu'il s'était inventé une personnalité a qui il pouvait tout dire...et petit a petit...cette personnalité violente était sortie du néant. Junya avait toujours été un enfant lunatique...mais il se contrôlait plutôt bien. La maladie de son frère, avait tout déclenché. A présent il ne pouvait plus se cacher.



Aiko? Il est toujours vivant. Je...Je sors avec lui. Malgré ce que j'ai faillit lui faire, il accepté mes excuses, en me disant qu"il avait vu que je n'était pas comme d'habitude. Je lui ai fait promettre de faire attention, car je ne sais pas encore comment brider cet autre moi.

Cet autre moi qui semble vouloir me briser pour ne m'avoir que pour lui...peu importe combien de foi il doit briser, blesser et torturer les personnes qui me sont chères. Mais je dois vivre avec lui...tout ça parce que j'avais peur d'être seul lorsque j'étais enfant...il a grandit avec moi, alimenté par ma haine, mon désespoir, ma peur...Il est moi...mais moi, je suis différent de lui. Il est mon coté sombre...il ose tout ce que je n'ose pas faire ou dire...il est dépourvu de pitié, de sentiments...et moi je déborde de tout cela...il est ce que je serais devenu, si je n'avais pas été adopté...

Apparemment je suis lié à Aiko, bien plus étroitement que je ne veux bien l'admettre. Il y aurait un rapport avec ces rêves étranges que je fais parfois, de ce qui semble être une autre vie...très loin...dans un monde qui n'a rien a voir avec Gaïa. Un monde maudit. Peut-être...que si je retourne la bas, et que la malédiction prend fin...cet autre moi disparaîtra aussi.

"Toi tu es lié à lui...pas moi...puisque je n'existe pas vraiment...s'il meurt, tu le suivra, et ce corps m'appartiendra"

Et depuis ce jour...il déploie des trésors d'imagination, pour blesser, torturer, soumettre et essayer de tuer Aiko...malgré mes efforts pour l'en empêcher.

~ Et pour finir... ~

Ton Prénom/Surnom: SE-CRET
Ton âge réel: 24 ans et demi
* Comment as-tu connu le forum? Tu aimerais bien le savoir hein Very Happy
* Comment est-ce que tu le trouves? Assez bien pour y être en plusieurs exemplaires!
* Une idée d'amélioration? Arriver a mettre une PA digne de ce nom un jour...et lancer un event auquel tout le monde va participer!
* Ta fréquence d'activité:Variable, en fonction de mon boulot et de mes études IRL
Revenir en haut Aller en bas
 
~ C'est l'histoire d'un homme vert ~ [Finie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dran Danath, un Homme orgueilleux
» Zayn Malik | Frère, protecteur, doudou
» Le monde de Nemo, ou l'histoire d'un homme qui perd sa femme, tuée par un sérial-killer, et qui part à la recherche de son enfant blessé et kidnappé avec l'aide d'une femme folle. (u.c)
» La FNUC c'est pas trop mon truc
» C'est l'histoire d'un panda. Vert et miniature. [100%]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La malédiction des Âmes :: Les Archives Sacrées :: Les registres des clans :: Les registres poussiéreux-
Sauter vers: